Make your own free website on Tripod.com

BOLLYWOOD PASS - Le Cinema Indien

Home | Présentation | Les Films | Personnalités | Evénements | Cinéma d'Auteur | Autres Films | Actualités | Mises à jour | Contacts | Mes Liens | Plan du Site
Manish Jha

 
Matrubhoomi : Une Nation Sans Femmes

Attention !  les textes sont la propriété exclusives de leur auteur, Parulia.
Toutes reproductions partielles ou totales sont formellement interdites !

Matrubhoomi poster

 

Le réalisateur Manish Jha a dans ce film voulu pousser un cri d'alarme en direction du peuple indien, concernant la dangerosité de la pratique de l'avortement ou de l'infanticide des bébé de sexe féminin systématisée en Inde, mais aussi réalise un manifique plaidoyer sur le rôle primordial des femmes dans toute société humaine.

Matrubhoomi, une démonstration réaliste de ce que le Monde deviendrait sans les Femmes

Ce film est bouleversant. Il est à voir absoluement par tous, y compris et surtout par les HOMMES.
 
Le réalisateur commence sa démonstration en montrant sans ambiguités, l'infanticide d'un petite fille qui vient de naître.
 
Pourquoi?
 
En Inde, les filles ne sont pas considérées comme des dons, car à leur mariage, elles rejoindront leur belle famille, en rompant tous liens avec leur famille d'origine, ce qui peut représenter une perte, notamment dans les milieux ruraux, où la main d'oeuvre est précieuse. Elle ne profite donc pas à la famille. Un proverbe indien dit qu' "avoir une fille, c'est comme arroser la plante d'un voisin". De plus, au mariage de la jeune fille, la famille de la mariée devra payer une forte dot à la belle famille. Malgré une loi récente qui interdit cette pratique, la dot reste une pratique courante, et certains maris n'hésitent pas à supprimer leur épouse si la dot n'est plus suffisante, afin de pouvoir se remarier.
 
Avec l'appartition de la technique de l'avortement, les familles ont détournée ce moyen en vue d'éliminer les foetus féminins: l'idée étant qu'il valait mieux payer une somme d'argent conséquente pour l'avortement, plutôt que de devoir payer la dot, qui et une somme dix à quinze fois plus élevée !
 
La devise du film est annoncé juste après que le spectateur ait assisté à cet infanticide: Depuis des années, les hommes élimine systématiquement les enfants de sexe féminin, sans se rendre compte qu'un jour cela se retournera contre eux.
 
 

Le film enchaîne alors sur la démonstration proprement dîte.
 
Dans un petit village de l'Inde rurale, un père cherche désespéremment des épouses pour chacun de ses cinq fils en âge d'être marié.
Malheureusement, cela fait bien longtemps qu'il n'ya plus de femmes ici et dans les environs. Soit elles sont mortes de vieillesse, soit on les a tuées à la naissance. Tous les hommes sont à la recherce d'une femme, et ils en souffrent, autant moralement et psychologiquement que physiquement (sexuellement) et cherchent des substituts.
Un voisin s'est d'ailleurs fait escroqué en voulant marié son fils à une très jeune adolescente, qui s'avéra être en fait un jeune pré-adolescent (le père de ce dernier ayant empoché une somme d'argent conséquente!).
 
Or un jour, le père apprend l'existence d'une jeune et belle femme, vivant cachée chez son père. Il parvint à rencontrer le père afin d'organiser un mariage entre la jeune femme...et les cinq fils.
 
Dès lors, l'enfers va commencer pour la jeune mariée: partager entre ses cinq époux et son beau père, elle tiendra moralement le coup en tombant amoureuse du plus jeune fils, qui est aussi le plus doux et le plus compréhensif. Mais ce dernier va susciter la jalousie de ses frères qui l'assassineront.
Son père l'a laissé tombé et vit une existence de luxe grâce à l'argent donné par la belle famille.
La jeune femme tentera de s'enfuir avec un jeune garçon, domestique de la maison, en vain. Le petit garçon sera tué, ce qui provoque la colère des proches qui décident alors de s'en prendre à la jeune femme, en la violant. Elle tombe alors enceinte. Le beau père tente de l'immoler par le feu mais un autre domestique voyant la horrible scène tue celui-ci et reste auprès de la jeune femme sur le point d'accoucher. Pendant ce temps les quatre fils sont assaillis par la foule en colère (après la mort du premier garçon domestique), et vont finir par être assassinés.
A ce moment, la jeune femme accouche...d'une fille... L'espoir renait !
 

Ce qu'il faut retenir de la leçon donnée par Manish Jha:
 
Les femmes sont indispensables à chaque société car elle rendent les hommes humains. Elles adoucissent les moeurs. Sans elles, comme on le voit dans le film, la violence est omniprésente qu'elles soit gratuite ou pas. Les hommes perdent toute dignité.
 
C'est pourquoi si l'on ne réagit pas assez vite et efficacement contre le déséquilibre entre la proportion hommes/femmes de la population, c'est la société entière qui sera sacrifiée. Ce n'est même plus une question de féminisme, mais une question vitale pour l'avenir de la société.
 
L'expression " L'avenir de l'homme, c'est la femme" n'a jamais eu autant de sens.


 
Les Réactions à la Sortie du Film en Inde:
 
Après ce remarquable plaidoyer en faveur du respect de la vie des femmes, le public indien, principale cible du réalisateur, a été bouleversé par ce film montrant la réalité en face, et les conssciences commencent à évoluer. Le Gouvernement Indien a réagit en promulguant une loi visant à lutter contre l'élimination systématique des foetus et enfants de sexe féminin, notamment par une mesure phare: le gynécologue-obstréticien ne doit pas révéler le sexe de l'enfant à naître à la famille, sous peine de sanctions pénales lourdes (prision, interdiction d'exercer,...)
Il est vrai que le manque de filles en Inde commence à se faire sentir. De plus en plus de jeunes hommes auront du mal à trouver une épouse dans les années à venir. Il était donc temps d'agir... Reste à voir si les tribunaux indiens appliqueront effectivement la loi.
 
Dans le reste du monde:
 
Il n'y a pas que l'Inde qui est touché par ce problème démographique. Des pays comme la Chine sont touchés. Dans celui-ci, avec la politique de l'enfant unique, nombres de filles ont été assassinées car les parents préféraient des garçons plus utiles auxtravaux agricoles. Bien qu'il y ait eu des aménagements de cette politique par l'autorisation d'avoir un deuxième enfant si le premier est une fille, le phénomène existe mais est mal évalué.


Enter supporting content here

- ESPACE PARTENAIRES -

ascreen.jpg
fantastikasia.jpg